Les enfants zèbres : comment reconnaître ces enfants surdoués ?

Souvent incompris et délaissés en raison de leur « différence », les enfants zèbres peuvent souffrir de leur douance. Si je n’ai pas d’enfant à haut potentiel, j’ai malgré tout tenu à vous sensibiliser sur ces enfants surdoués afin de les identifier dès leur plus jeune âge et de prendre les dispositions nécessaires rapidement. Découvrez dans mon article comment les reconnaître et des pistes pour faciliter leur insertion dans la famille et dans leur environnement.

Comment détecter la précocité d’un enfant zèbre ?

Des signes avant-coureurs peuvent vous aider à déterminer (arbitrairement évidemment) si votre enfant peut être un enfant zèbre ou non. Dès les premiers mois, il vous suffit de vérifier les points suivants :

  • votre bébé est-il tonique ?
  • est-ce qu’il surveille tout ce qui l’entoure ? est-ce qu’il est très curieux ?
  • est-ce qu’il a commencé à parler correctement très tôt ou très tard ? (dyssynchronie)
  • est-ce que son vocabulaire s’est développé très vite pour son âge ?
  • est-ce que votre enfant vous pose des questions existentielles (sur la vie, sur la mort, sur ce qui l’entoure) très tôt ?
  • est-ce qu’il est autodidacte (pour la lecture ou l’écriture) ?
  • est-ce qu’il a pu rapidement se passer de sieste ?
  • son sens de l’humour est-il accru ?
  • son imagination ou sa créativité vous ont-elles impressionnés ?
  • est-ce que c’est un enfant passionné ?
  • est-ce qu’il est ultra susceptible ? très colérique ? (hypersensibilité)
  • est-ce qu’il vous a restitué des informations retenues au préalable dans un contexte idoine ?  est-il perspicace ?
  • a-t-il très tôt développé un fort attrait pour les arts ? (musique, chant, dessin)
  • son énergie est-elle débordante ? (sans faire preuve d’hyperactivité pour autant)
  • avez-vous remarqué que sa mémoire était déjà développée ?
  • avez-vous remarqué qu’il pouvait faire preuve d’une forte empathie envers les animaux ? les injustices ?

Attention cependant à ne pas déduire de conclusions trop hâtives : si tous ces critères sont remplis, il se peut en effet que votre enfant soit un enfant précoce. Néanmoins, il faudra faire valider cette déduction par un pédiatre ou un psychologue pour enfants car le fait de cocher ces simples réponses ne constitue pas une définition en soi.

L’enfant précoce se distingue par ses capacités à assimiler de nouvelles connaissances et à acquérir un comportement plus adulte, sensé que la normale. A ne pas confondre, donc, avec les enfants brillants, qui ont certes de bonnes notes à l’école mais qui ne présentent pas de maturité précoce ni d’autres signes caractéristiques.

 

Le rôle de l’école et du corps enseignant pour l’enfant HPI

Si toutefois vous ne vous posez pas ces questions et que c’est l’école qui vous alerte sur le haut potentiel de votre enfant, c’est également pour vous l’occasion de consulter un psychologue pour enfants qui saura vous accompagner. Il arrive parfois que certains parents craignent la différence, les étiquettes, ou qu’ils ne remarquent pas que leur enfant est surdoué. C’est donc pour cette raison qu’il incombe aux instituteurs et enseignants de signaler toute difficulté ou facilité trop excessive de l’enfant hpi (haut potentiel intellectuel). Ce n’est donc pas rare que le corps enseignant signale la « différence » de l’enfant zèbre aux parents démunis !

 

Chez 50% des enfants zèbres, on constate un échec scolaire vers la 3ème, quand l’enfant atteint les 14 ans. Quand les résultats au collège sont irréguliers, quand il s’intéresse pour une matière et qu’il la délaisse plus tard, quand il donne des réponses hors sujet aux questions qui lui sont posées, quand ses bavardages ou les agitations en classe ne lui permettent pas de se concentrer, quand il oublie de façon récurrente ses affaires et qu’il oublie de faire ses devoirs, quand il peine à exprimer le raisonnement qu’il a suivi pour aboutir à une conclusion… tous ces signes peuvent alerter le corps enseignant sur le haut potentiel de l’enfant.

Les tests pour enfant précoce

Il existe de nombreux tests qui permettent de mesurer le quotient intellectuel de votre enfant, que vous soupçonnez peut-être un enfant à haut potentiel. Vous pouvez, à l’aide d’échelles standardisées, mesurer le quotient intellectuel (que vous connaissez aussi sous le nom de QI) de votre enfant hpi. Ce sont les tests statistiques de Wechlser, que voici :

  • le WPPSI-R permet d’évaluer un QI verbal et un QI performance sur les enfants âgés entre 11 mois et 2 ans, et 3 mois et 7 ans;
  • le WISC V est un deuxième test qui permet d’évaluer les enfants entre 6 et 16 ans, afin de leur attribuer des scores sur leur QI verbal, leur QI raisonnement perceptif, QI de mémoire du travail ainsi que QI de vitesse de traitement;
  • le WAIS III, enfin, est utilisé sur les enfants à partir de 16 ans pour évaluer leur QI verbal et QI de performances.

Si vous décidez de faire passer l’un de ces tests à votre enfant, selon son âge, il faudra veiller à ce que le test pour votre enfant précoce soit encadré par un professionnel, c’est-à-dire un psychologue clinicien. Vous devrez par ailleurs surveiller que chaque réponse apportée aux thématiques du test soit correctement remplie, car en cas de manquement le test de QI sera caduque.

A savoir : on parle d’enfant surdoué quand le score du test de QI est supérieur ou égal à 130.

D’où vient l’appellation de « zèbre » pour les enfants surdoués ?

C’est au début des années 2000 que la psychologue Jeanne Siaud-Facchin a trouvé le terme de zèbre et a décidé de désigner ainsi les enfants à haut potentiel. En effet, selon elle ces enfants précoces se fondent dans la masse et se distinguent à la fois, à l’instar des zèbres qui se caractérisent par leur pelage rayé mais qui l’utilisent également pour se camoufler en cas de besoin. Difficiles à appréhender, les zèbres sont des animaux à part entière, qui tirent leur différence de leurs zébrures. Il s’agit d’ailleurs du seul équidé que l’Homme ne réussisse à apprivoiser. Ces rayures auxquelles l’être humain n’est pas sensible, permettent à contrario aux zèbres de se reconnaître entre eux. Plus que des fantaisies, ce sont de véritables traits identitaires ! C’est donc pour cette raison que Dr Siaud-Facchin a choisi de dénommer les enfants précoces de cette façon.

Vous avez désormais toutes les armes pour identifier si votre fille/fils est un enfant zèbre. N’hésitez cependant pas à consulter un psychologue pour enfant, qui saura mieux que personne confirmer ou infirmer vos doutes ! Et surtout, adaptez votre quotidien à votre enfant zèbre afin de lui faciliter la vie en communauté. De nombreuses clés vous seront données par les cliniciens !

5 (100%) 1 vote